Et si en 2018 vous fabriquiez votre chance ?

Conseils d’optimistes pour avoir de la chance.

Les optimistes semblent attirer davantage d’opportunités que les pessimistes, sans nul doute grâce à leurs comportements dans la vie de tous les jours.

A l’occasion d’une journée au club APM Paris Invalides, Philippe Gabilliet, « professeur de chance » à l’ESCP, a partagé les 4 idées clés qui nous ouvrent les voies des bons comportements à adopter pour favoriser la chance…

1ère clé : L’optimiste « programme » sa chance.

Rencontrer les opportunités exige que l’on soit prêt (intellectuellement et émotionnellement) à les recevoir. Ainsi l’optimiste pense en permanence à ce qu’il est possible de réussir : son attitude optimiste « programme » la recherche d’opportunités. C’est une « direction » permanente chez lui : les pensées positives, sur les projets en cours ou les buts à atteindre, créent une inclinaison mentale, une structure psychologique favorable à la détection des opportunités susceptibles de se présenter (rencontres, demandes, situations…). En orientant ses pensées vers un but ou un projet, ou simplement une ligne d’horizon, une intention, une attente … l’optimiste crée déjà, en lui, les conditions de perception, puis d’accueil des opportunités à venir.

2ème clé : L’optimiste est attentif à tout ce qui se passe autour de lui.

L’optimiste présente un comportement plus curieux, ouvert, plus attentif que la moyenne, aux possibilités positives qui l’entourent. Il va plus facilement fixer son attention sur des éléments porteurs d’opportunité. Or l’occasion favorable naît de l’attention portée au potentiel des situations rencontrées. Cette ouverture à la chance passe donc par la mise en éveil de son attention et de sa curiosité, dans tous les domaines.

L’attention ne doit d’ailleurs pas être confondue avec la concentration. Trop attentif, on a du mal à se concentrer, ce qui peut être un défaut des grands optimistes… Mais trop concentré – qualité souvent reconnue aux pessimistes- notre potentiel d’attention reste faible. Les optimistes les plus efficaces ont cette capacité à passer rapidement d’un état à un autre, de la concentration à la vigilance, attentifs aux opportunités jusque-là invisibles,

3ème clé : L’optimiste fonctionne en réseau.

Un système permanent « d’échanges de valeur perçue et d’utilité » avec son environnement, favorise l’apparition d’opportunités favorables. En d’autres termes, non seulement il est quasiment impossible d’avoir de la chance tout seul, mais c’est encore mieux si l’on est soi-même une chance pour les autres !

Il faut donc favoriser l’échange de choses utiles aux autres, de mises en contact, de bons tuyaux, ou …d’affection (remercier, féliciter, soutenir, écouter).

La première source d’opportunité est celle des rencontres. Mais attention à ne pas ‘instrumentaliser’ la relation humaine. Gérer son carnet d’adresses et ses contacts sur les réseaux sociaux constitue une démarche intéressante mais qui ne saurait, par elle-même, être une source durable d’opportunités, et donc de chance. Un bon fonctionnement en réseau, est avant tout fondé sur un échange de valeur perçue, et l’on constate qu’en plus d’avoir de la chance, les grands optimistes « portent chance ». Et vous-mêmes, quand pour la dernière fois avez-vous été une chance pour quelqu’un ?

4ème clé : L’optimiste recycle la malchance.

Même les chanceux à répétition peuvent, ponctuellement 😊, ne pas avoir de chance, voire d’échouer lamentablement ! Mais, contrairement aux « malchanceux », leur optimisme fait qu’ils savent toujours rebondir ! Ils savent « recycler » les revers et les coups du sort en autant d’ouvertures nouvelles. L’acceptation et le savoir-perdre du pessimiste réaliste se transforment, chez l’optimiste, en une sorte de « savoir-faire-avec-les-difficultés ». Pour l’optimiste, la chance réside moins dans ce qui nous arrive que dans ce que nous allons faire avec ce qui va nous arriver…

Confronté au coup de malchance, à l’échec, au revers professionnel, il va rechercher des opportunités nouvelles, sans doute cachées au cœur des difficultés.

L’année 2018 s’offre à vous. Elle sera ce que vous décidez d’en faire. La réussite c’est une question de chance. « Tous les ratés vous le diront » rappelait Coluche.

© 2015 ClubEthik Tous droits réservés
Mentions légales