Davidson consulting : y-a un truc dans cette boite, non ?

 

Bonjour à tous,

Hier soir, l’institut Great Place to Work remettait ses trophées 2015.

Hier soir, comme il y a un an, c’est Davidson consulting qui a remporté le classement des entreprises de plus de 500 salariés.

Pour rappel, Great Place to work  mesure et classe les entreprises où il fait bon travailler.
62 entreprises dans 2 catégories (+500, – de 500 salariés) ont été primées hier soir. Qui décide du classement ? Les réponses anonymes des salariés de chaque entreprise interrogée.

Lauréat des GREAT PLACE TO WORK des plus de 500 salariés pour la 2ème année consécutive…quel est donc le truc de Davidson ? Pas si simple !
Une telle performance ne se fait pas sans convictions, ni ligne de conduite précise et partagée.

Comme nous les connaissons un petit peu, nous vous proposons quelques éléments de réponses :

1er raison : Son organisation
Davidson est une entreprise agile car horizontale. Dans ce cabinet de 1300 consultants, seulement deux niveaux hiérarchiques séparent le consultant terrain de son président Bertrand Bailly.  Les managers sont peu nombreux  (80), accessibles facilement, et favorisent l’autonomie et la responsabilisation des consultants. Tous les process sont dématérialisés et l’administratif est simplifié au maximum.

Davidson consulting

2ème raison : Son ADN résolument centré sur l’humain.
L’équilibre des consultants et l’intérêt de leur travail sont des éléments essentiels pris en compte régulièrement dans le management. La transparence, la coopération et le bien-être sont des éléments de base de la culture de l’entreprise.

3ème raison : Son ambiance sympa et positive.
Davidson est une entreprise fun.  On peut faire son travail sérieusement sans se prendre au sérieux. Evènements, voyages, animations – quasiment tous à l’initiative des salariés – sont organisés tout au long de l’année. Ici,  pas de DRH mais des chargés RH qui jouent le rôle de ‘Chief Happiness Officer’.

4ème raison : Son incarnation du collectif.
Chez Davidson, on privilégie et on assume le nous, plutôt que le « Je ». On gagne ensemble et on perd ensemble chez Davidson !

Davidson management game

Comme nous les apprécions beaucoup, nous reviendrons en détail sur l’ensemble de ces éléments.

D’ailleurs, que ceux qui en voudront encore se rassurent : dans notre prochain ouvrage, à sortir le 13 Avril, « Management Game, les nouvelles règles du jeu pour redonner le sourire aux managers », nous citons Davidson, dans le cadre d’exemples ou d’anecdotes, pas moins de 29 fois !

 

Encore toutes nos félicitations à Bertrand, Edouard et aux Davidsoniens.

© 2015 ClubEthik Tous droits réservés
Mentions légales