En 2013, ça veut dire quoi « MANAGER » ??

Bonjour à tous !

Je vous rappelle une de nos propositions de bonne résolution 2013 dans notre post Réinventer le management : CHANGER VOTRE FAÇON DE MANAGER. Une fois fixée cette bonne résolution, envisageable et réaliste, nous vous proposons de l’accompagner en douceur .

L’idée de la semaine est de comprendre la notion de performance managériale et ses étapes clef.
Comme pour toutes bonnes résolutions de début d’année, vous vous posez les questions essentielles : comment passer de l’incantation à l’action ? Par quoi commencer ?

Et, puisque vous êtes des lecteurs assidus de notre blog, vous savez qu’un grand voyage commence par un premier pas !
Mais tout d’abord, je vous propose de nous mettre d’accord sur ce que l’on associe au management.

Hélas, un bref détour par Wikipédia et nous voilà face à des définitions aussi inspirantes et sexy qu‘un morceau de colin décongelé dans une assiette : « activités qui garantissent que les objectifs sont systématiquement satisfaits de manière efficace et efficiente » ou « une technologie : à savoir une science ancrée dans l’application de méthodes pour gérer à la fois le comportement et les résultats ».
Ce n’est pas encore ça !

Le monde a changé, le management pas vraiment, voir pas du tout dans certaines organisations.
Nous vous proposons une définition davantage humaniste qui s’appuiera sur ce nuage de mots empruntés à une étude réalisée, début 2013, par Gary Hamel, consultant émérite en management et auteurs de nombreux ouvrages de références.

 bulle

Ce nuage montre que ce qui caractérise le management en 2013, n’est plus la performance et  les process, mais le dialogue. Cela se traduit notamment par :

–          Notre capacité à rassembler puis à fédérer.

–          Notre capacité à générer une performance individuelle à l’intérieur de l’équipe.

Cette notion ‘modernisée’ en poche, nous allons définir  (et oui, on est comme ça au ClubEthik !) sa mise en pratique. La performance managériale en  2013  devrait, selon cette étude, couvrir les 6 grands thèmes suivants :

1- Un engagement profond vers un but,
2- Une plus grande autonomie pour tout un chacun,
3- La mise en place d’une culture collaborative,
4- Le feed-back comme outil de dialogue et d’aide à la prise de décisions,
5- Une volonté de développer les compétences,
6- Une entreprise qui s’auto régule avec un minimum de managers.

Vous l’aurez deviné le prochain post traitera du point numéro 1 « L’engagement profond vers un but ».

Excellente semaine à tous !

© 2015 ClubEthik Tous droits réservés
Mentions légales