Mettre du jeu pour retrouver le plaisir de faire

« On n’arrête pas de jouer parce qu’on vieillit… On vieillit parce qu’on arrête de jouer. » GEORGE BERNARD SHAW

 

Premier mode d’apprentissage de l’enfant, le jeu reste celui qui fonctionne toute notre vie. Il participe au plaisir de partager et d’apprendre. Contrairement aux idées reçues, travailler dans le fun et le plaisir du jeu se révèle très efficace. Pourquoi ne devrions-nous pas l’utiliser dans le travail et mettre du jeu dans le management ?

Le jeu favorise l’implication, désinhibe, diminue la pression… En clair, il n’y a pas plus efficace pour mobiliser les ressources d’un collaborateur et révéler ses talents.

De plus en plus de start-up et de grands groupes misent sur le jeu, le fun, le ludique pour attirer de nouveaux collaborateurs et booster leurs performances.

Il va devenir nécessaire, mais aussi de plus en plus évident pour les managers et les entreprises, de se réformer et de changer d’état d’esprit face aux contraintes et nouvelles tendances de notre environnement.

Le jeu comme tendance de fond

  • Des générations plus exigeantes :

Si la nécessité de repenser leur modèle managérial devient une évidence pour les entreprises, face aux nouvelles générations, c’est une condition sine qua non.

En 2020, la moitié des actifs en France seront issus de la génération millenium (ou Gen Y). Leur façon d’apprendre et de grandir est communautaire, instantanée et fun : ils ont été élevés au bon grain du jeu! L’ambiance que l’on retrouve dans les start-up en est un flagrant exemple, preuve que le sérieux dans le business n’est plus synonyme de se prendre au sérieux.

Or, d’après la dernière étude Gallup, cette génération est la moins engagée au travail avec un taux de 55 % de désengagés, et elle représente aujourd’hui 38% des effectifs.

Les nouvelles générations travaillent dans la transversalité, elles ont besoin d’échanges, même s’ils sont virtuels, elles ne sont pas gênées par la proximité et voient l’open space comme un espace de coworking indispensable. Une de leurs principales attentes est qu’on leur donne la possibilité d’exprimer leur talent, de proposer des idées et de contribuer à la création de valeur de l’entreprise. La quête de sens est réelle pour ces générations qui préfèrent réussir leur vie plutôt que de réussir dans la vie.

  • Développer le goût du challenge :

Dans le jeu, se retrouve le goût de gagner, de découvrir, de se valoriser. Il stimule le dépassement de soi et de ses limites. Parce qu’il favorise l’émulation, le jeu stimule le challenge, l’envie de faire mieux ou plus vite. Il incite à sortir de sa zone de confort, à persévérer et à se dépasser.

À des degrés plus ou moins importants, de nombreuses équipes partagent cette envie de gagner, de relever un défi ou de se surpasser, par goût du fun, du défi et parce que, grâce à la dopamine, le jeu leur amène des stimuli agréables (récompenses, sentiment de réalisation…). La dynamique de plaisir contribue à satisfaire leur besoin de réussite. Mettre du challenge dans le quotidien de ses collaborateurs – ce qui ne veut pas dire mettre de la compétition entre eux – leur permet de développer aussi un fort sentiment d’accomplissement.

  • Développer la créativité :

Parce qu’il lève la pression de la conformité, qu’il met en place un environnement allégé, le jeu est un formidable booster de créativité.

Dans sa stimulation du cerveau, le jeu amène le collaborateur à rechercher de nouvelles solutions, à trouver de nouveaux chemins, à se poser les bonnes questions. Il favorise la sérendipité, cette capacité à faire des découvertes heureuses, par hasard, alors que l’on cherchait autre chose (comme pour le post-it, la pénicilline, ou encore l’Amérique!).

Dans le jeu « Nos règles d’équipe » de la Management Box, l’équipe est amenée à réfléchir, sans se parler, aux différentes solutions pour traiter un problème. Il reprend le principe des Moonshots, méthode plutôt fun qui consiste à imaginer un objectif ambitieux, associé à une contrainte (par exemple : comment aller sur la Lune à pied?) pour développer l’innovation de rupture.

Par ailleurs, en laissant la place à l’imaginaire, en levant la pression de l’enjeu, le jeu permet à tous les collaborateurs de participer, quel que soit leur niveau de compétences.

 


Vous l’aurez compris, le jeu est un outil puissant qui favorise l’implication, désinhibe, diminue la pression… En clair, il n’y a pas plus efficace pour mobiliser les ressources du manager, à la fois dans la réflexion et l’expérience.

Nous avons donc cherché à réunir les ingrédients d’un apprentissage :

  • Ludique, qui suscite énergie et curiosité chez les managers
  • Continu, le support ludique encourageant la répétition (sans même se forcer !)
  • Collectif, avec des jeux qui, pratiqués en équipe, permettent de déployer des réflexes partagés
  • Opérationnel, qui ancre directement les pratiques dans le quotidien et la culture de l’équipe

La Management Box 

 

 

© 2015 ClubEthik Tous droits réservés
Mentions légales